L’aide au retour volontaire : procédure à suivre

L’aide au retour volontaire : procédure à suivre

L’aide au retour volontaire est une démarche offerte à un étranger souhaitant quitter la France afin de retourner dans son pays d’origine. La condition sine qua non pour pouvoir bénéficier de cette aide est que celui-ci doit retourner dans son pays originaire et non dans un autre pays. Dans l’objectif de lui simplifier sa réinsertion dans ce pays, cet accompagnement porte sur une aide à la fois matérielle et financière. De plus, il faut que l’étranger décide de son plein gré et de manière volontaire de retourner dans son pays. Autrement dit, sa décision de renter n’a aucune influence de la part de l’administration française et qu’il ne s’agit aucunement d’un retour forcé planifié par cette autorité. Découvrez toutes les informations utiles à savoir sur l’aide au retour volontaire.

Quelles sont les personnes concernées par le retour volontaire ?

Demander l’aide au retour volontaire est envisageable pour les personnes étrangères, résidant en France depuis 6 mois consécutifs au minimum.

De plus, la personne souhaitant bénéficier de ce programme doit se trouver dans une situation irrégulière. Plus précisément, elle n’a pas en sa possession des documents en bonne et due forme lui procurant l’autorisation de rester en France.

Dans un autre cas de figure, il est possible de demander l’aide au retour si l’étranger a déjà effectué une demande d’asile, mais qu’il ne souhaite point la continuer ou bien de cette demande lui ait été refusé.

Et enfin, vous pouvez faire cette demande d’assistance, dans la mesure où vous avez une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF). Il faut toutefois savoir que si l’étranger réside à Mayotte, ce dernier ne pourra aucunement jouir de cette aide au retour, et cela, en dépit du fait qu’il a reçu un OQTF.   

L’aide au retour volontaire : en quoi consiste-t-elle ?

Vous devez savoir que l’aide au retour volontaire comporte plusieurs éléments. Parmi eux figure l’aide administrative et matérielle à la préparation du voyage allant de la réservation du billet d’avion, en passant par l’aide à la demande de passeport jusqu’au transfert aéroport.

De plus, cette assistance comprend également la prise en charge des frais de transport. L’assistance financière également appelée l’Allocation forfaitaire octroyée au moment de votre départ ou bien dans votre pays de retour fait également partie de cette aide.

Dans le cas où l’étranger bénéficiaire de cette aide possède un titre de voyage ou bien qu’il s’en occupe, celui-ci bénéficiera d’une allocation forfaitaire complémentaire d’un montant s’élevant à 150 €.

Où faut-il s’adresser pour demander l’aide au retour volontaire ?

Vous êtes un étranger résidant en France et vous souhaitez rentrer dans votre pays d’origine ? Dans ce cas, vous vous demandez sans doute quelle est la procédure à suivre pour bénéficier d’une aide au retour volontaire.

Il vous suffit de solliciter l’aide de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). Ce dernier prend en effet en charge l’organisation du retour des étrangers dans leurs pays d’origine. L’assistance administrative concernant la préparation du voyage, les frais de voyage ainsi que l’aide financière sont inclus. Il est possible de réaliser votre retour dans n’importe quelle région de votre pays d’origine. 

Ainsi, pour que vous puissiez bénéficier pleinement de cette aide au retour, il vous suffit de vous déplacer auprès du bureau de l’OFII. Dans chaque étape du processus d’aide, un conseiller sera en mesure de vous accompagner et de vous aider. Il se chargera également de vous assister à acquérir tous les documents nécessaires pour votre voyage. Il faut aussi savoir que c’est l’OFII qui se charge d’acquitter vos frais de voyage de la France jusqu’à votre destination, c’est-à-dire le pays d’origine de l’étranger.

Les procédures relatives à la demande d’aide au retour volontaire

Présenter son passeport à l’agence OFII

Une fois que vous vous êtes rendu dans le bureau de l’OFII se trouvant à proximité de votre lieu résidence en France, vous devez présenter votre passeport. En l’absence de ce document officiel, votre conseiller pourra vous aider à l’obtenir.

En cas de besoin, le conseiller peut faire appel à un interprète.

Convocation pour prendre l’avion

L’OFII se charge du billet d’avion et du transport depuis votre lieu de résidence et l’aéroport. Vous recevrez une convocation pour le jour J. Veillez à penser à la vérification de votre limite de bagages. Il en faut pas excéder non seulement le nombre, mais également le poids maximum de bagages autorisés. Notez que le poids maximum autorisé varie en fonction de la destination ainsi que de la compagnie aérienne.

Lorsque le jour et l’heure du départ sont arrivés, l’OFII sera présent pour vous accueillir à l’aéroport et vous conduira jusqu’à la salle d’embarquement. L’Office se chargera de vous transmettre un document qui comportera un code que vous devrez bien conserver. Il est possible de percevoir l’allocation le jour de votre départ à l’aéroport.

Retirer de l’argent dans son pays d’origine

Dès l’instant où vous arriverez dans votre pays d’origine, vous pourrez vous-même retirer l’argent. Dans ce cas, vous devez vous munir et présenter une pièce d’identité pourvue d’une photo d’identité auprès d’un établissement qui met à la disposition des clients un service Quick Cash de Western Union. Sachez que le montant de cette allocation forfaitaire dépend de votre destination ou votre pays de retour.

Qu’en est-il du processus d’aide à la réinsertion dans le pays d’origine ?

Hormis l’aide au retour volontaire, il faut également savoir que l’OFII est capable de vous accompagner à vous réintégrer dans votre pays, et cela, en fonction de vos besoins.

Installation et recherche d’emploi

Il faut savoir que concernant votre projet de réinsertion, dès que vous rentrerez dans votre pays, vous devez directement prendre contact avec l’OFII ou bien son opérateur local. L’Office se chargera ainsi de vous aider à votre installation, mais également il peut vous assister dans la recherche d’un emploi voire même à la création de votre entreprise dans ce pays.

Pays concernés par l’aide au retour volontaire

Il faut toutefois noter que cette aide à la réinsertion est destinée uniquement aux ressortissants des 28 pays suivants  : Côte d’Ivoire, Gabon, Géorgie, Guinée Conakry, Haïti, Mali, Maroc, Maurice, Sénégal, Togo, Tunisie, Arménie, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Congo-Brazzaville, Congo RDC, Nigeria, Pakistan, Russie, Somalie, Kosovo, Afghanistan, Bangladesh, Éthiopie, Inde, Irak et Népal.

Montant de l’aide à la réinsertion

Outre cela, vous devez également savoir que le montant de l’aide à la réinsertion peut varier en fonction de votre pays d’origine ainsi que de votre projet.

Ceux qui bénéficient de cette aide sont des demandeurs avec un projet déjà été approuvés par le comité de sélection de l’OFII au sein de leur pays d’origine. Ce sont surtout les jeunes professionnels, les étudiants ou bien les volontaires du service civique ressortissants de certains pays dont le titre de séjour arrive à son terme (délai maximum de 3 mois), qui demandent le plus souvent cette aide.

Que faut-il faire pour sa demande d’aide à la réinsertion ?

Outre les aides au retour volontaire, l’OFII est également à même d’attribuer des aides à la réinsertion lorsque vous arriverez dans votre pays d’origine. Ces accompagnements sont ainsi ventilés sous trois niveaux, et cela, en fonction des besoins du ressortissant ayant bénéficié de l’aide au retour volontaire. 

Réinsertion sociale

Premièrement, si vous avez besoin d’une assistance concernant la réinsertion sociale, l’OFII est en état de vous aider à vous installer ainsi que votre famille. Aussi, l’Office prend en charge le loyer, l’acquisition de mobilier et d’appareils électroménagers. Cette aide va jusqu’au paiement des frais médicaux ainsi que la scolarisation de vos enfants.

Dans la mesure où vous ainsi que votre famille êtes des ressortissants de certains pays tels que l’Irak ou l’Afghanistan, vous bénéficierez également d’un soutien sur le plan juridictionnel et d’un suivi psychologique si nécessaire.

Recherche d’emploi et formation rémunérée

Si vous êtes à la recherche d’un emploi ou d’une formation professionnelle, l’OFII est en mesure de vous épauler. Qui plus est, l’Office peut de même se charger d’acquitter une partie de votre formation professionnelle, voire même payer votre rémunération pendant un an.

Création d’entreprise

Il est également possible que le ressortissant qui arrive dans son pays d’origine jouisse à la fois d’une aide financière et d’une assistance de la part de l’OFII dans la création de son entreprise. Pour pouvoir être éligible à ce niveau d’assistance, le projet doit faire l’objet d’une validation du comité de sélection.

En guise de conclusion, il est à retenir que pour pouvoir bénéficier tant de l’aide au retour volontaire que de celle à la réinsertion, il faut se rendre auprès d’un bureau de l’OFII se trouvant à proximité de chez vous. L’Office mettra à votre disposition un conseiller pour vous accompagner tout au long des procédures administratives.

Actualités

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email